Presse

TÉLÉCHARGEZ LE DOSSIER DE PRESSE 2015 ICI

MEDIA

RTL avec Agnès Bonfillon & Christophe Pascaud, émission Grand Soir RTL. Paris, France
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/rtl-grand-soir-du-16-juin-2017-7789000929

France Inter avec Didier Varrod, émission Foule sentimentale. Paris, France
https://www.franceinter.fr/emissions/foule-sentimentale/foule-sentimentale-02-juin-2017

RFI avec Jordi Bataille, émission Cultura . Paris, France
http://es.rfi.fr/cultura/20170530-marina-cedro-presenta-en-paris-buenos-aires-72

Radio La 2X4 avec Gabriel Cocaro, émission Clicks tangueras. Buenos Aires, Argentine
https://radiocut.fm/audiocut/clics-tangueros-la-2×4-entrevista-a-marina-cedro/#f=search&l=result

inrocksLe tango selon Marina Cedro

Tristesse et passion, espoirs et regrets, exil des âmes en rade et corps, à corps sans retour, c’est dans l’intimité d’un piano, d’un violon, ou d’un bandonéon que Marina Cedro, chanteuse, musicien et compositrice, mais aussi poétesse et danseuse, habille ses langueurs de tangos émaciés, si dépouillés de toute joliesse qu’il n’en reste qu’un chair brute, une émotion vive, presque douloureuse à recevoir. Disque qui en impose par son courage, Cronicas vous saisit à la gorge et nous lâche qu’avec le désir de vous en imprégner de nouveau, jusqu’à l’étourdissement.

Les Inrocks, 30 avril 2014, Paris, France

logo-liberationDensité

Cas de figure insolite, Marina Cedro est à la fois chanteuse et danseuse de tango. Mais ses chansons à elle ne sont pas du genre à faire tournoyer les couples. Dans les somptueux arrangements de Gustavo Beytelmann, ce sont des poèmes habillés de violon, de bandonéon et de douleur argentine. Auteur-compositeur de la majorité des douze titre, Marina Cedro s’inspire de ses années d’exil entre l’Espagne et la France, e t investit ses mots avec une emphase et une densité dramatique qui évoquent la grande Susana Rinaldi, dont elle est la digne héritière ».

François-Xavier Gomez pour Libération, 12 avril 2014, Paris, France

telerama-logotélérama

Songwriter, pianiste et chanteuse, adepte d’un minimalisme qui n’empêche pas la véhémence, elle distille l’esprit du tango porteño d’un voix grave et mate, entre chant, récit et chuchotement pour mieux laisser parler la poésie des mots : un univers très contemporain dont le disque Cronicas laisse entrevoir tout le potentiel.

Télérama, 4 au 10 avril 2014, Paris, France

nova-logoconnexionneur

Rien à faire, le tango est un éternel retour. Au début du siècle passé, la France avait offert à l’Argentine son premier pas de deux, avec Carlos Gardel, né à Toulouse. Depuis, c’est un bienheureux ping pong chaloupé qui rebondit d’une décennie à l’autre. Et Marina Cedro en est une singulière tête de proue, un entêtant personnage qui sait partager ses émotions avec son piano et ses chansons plus quelques incunables du tango qu’elle rhabille à sa façon, minimale et sous haute tension.
En fait, Marina Cedro est plus que ça, une féline danseuse ainsi qu’une magnétique jongleuse de mots : ceux d’une poésie lunaire… et portuaire. Normal, quand on vient d’Argentine, on jette souvent l’ancre. (c’est ce qu’elle a fait à La Rochelle, après l’Espagne). En plus, elle jette l’encre, les mots sont le son de ses pas. Et les embruns vont bien au teint de Marina la bien nommée. Indomptable sirène à la jupe fendue dominant fièrement son piano, “la” Cedro mate les ondes et trouble les oreilles curieuses. Elle a commencé jeune. A huit ans, elle égrène les tangos (déjà !) sur le piano du mythique café Tortoni de Buenos Aires, repaire de la crème des intellos du cru. Conservatoire de musique et cours de théâtre puis, à Londres, le très coté College of Art. D’ailleurs l’Europe l’adopte, elle y crée des spectacles, y monte des compagnies ou des performances aux noms toujours percutants : Poetango, El ciclo de las palabras (le cycle des mots), La Maga (la magicienne), TangOpera, Tango Trilogie, et plus tard, deux volets d’un Amor a Dos. Elle passe du chant à la danse, de la poésie à la musique avec une insolente aisance, délibérément contemporaine. Marina Cedro cultive l’art du minimal dans les espaces infinis en friche. A l’occasion, elle se fond en duos de scène et de plume (Amo Agora, recueil de poésie à deux mains avec le Portugais Casimiro de Brito).
Côté musique, un premier album piano / voix, Marina Cedro Itinerario, en 2007, un autre, avec bandonéon en plus, Marina Cedro Tango (2010). Puis des rencontres riches d’intensité, avec notamment Juan Carlos Caceres, Art Mengo, l’immense pianiste Gustavo Beytelmann (Gotan Project) et d’autres complices latinos. Jusqu’au bout des touches, ce tango s’accorde au féminin, pour un voyage en forme d’odyssée poétique.
Pour finir, j’aurai l’outrecuidance de détourner et de trafiquer Malena, le texte de l’immense poète du tango Homero Manzi (1941). Marina chante le tango comme aucune autre. Dans chaque vers, elle met son cœur. L’herbe folle du faubourg parfume sa voix, Malena tient sa peine du bandonéon. S’il avait croisé miss Cedro, qui sait ? El señor Manzi eût changé le nom de sa muse…  Rémy Kolpa Kopoul

logo-vocablevocable

« El tango es una musica del presente »*
LA CARTOGRAPHE DES SENTIMENTS. Chanteuse, poète, musicienne, danseuse, l’argentine Marina Cedro est une femme orchestre en perpétuelle recherche de l’émotion. Et c’est à travers le post tango, dans son album « Cronicas », qu’elle nous embarque pour un voyage intense avec ce timbre de voix si profond.

Rencontre…(2014)

logo que tal parisque tal paris

Afin de célébrer la sortie de son nouvel album studio, Marina Cedro sera sur la scène du Studio de l’Ermitage en ce début de mois d’avril. Empreint de poésie et de modernité, le nuevo tango de cette auteur, compositrice et chanteuse argentine retient l’attention dès la première écoute. Avec ses arrangements de cordes aériens, ses touches de piano délicates et son chant profond et incarné, Cronicas déploie les fils d’un univers musical intimiste et captivant. Entre tango nuevo et bandes originales de film (les esprits de François de Roubaix, de Michel Legrand ou de Philippe Sarde ne semblent jamais bien loin), Marina Cedro insuffle à ses compositions une profondeur admirable et une tension de tous les instants. Une très belle artiste à découvrir…  (2014)

the evening news

Le 27 avril prochain, Marina Cedro, chanteuse, compositrice, danseuse et poète, apportera au Centre d’art oriental de Shanghai ses oeuvres de tango et celles des maîtres tels que Piazolla. Elle sera accompagnée de la violoniste Andrea Pujado et du bandoneoniste Eduardo Garcia, qui avec Marina offrira au public une musique de tango à la fois poétique et moderne. La « polyvalence » de Marina Cedro, qui est à la fois chanteuse, compositrice et poète, représente juste l’esprit de tango. Comme une artiste aux talents variés, elle combine la musique, la poésie et la danse. Elle sait bien comment traduire ses idées et ses sentiments avec sa voix, et son piano, même son silence. Ce concert permet aux auditeurs d’écouter le postango de Marina Cedro, poème écrit par elle-même – «Spécialement pour ce concert, j’ai fait traduire ce poème Postango en chinois. On m’a souvent demandé ce que je voudrais transmettre dans mes tangos. Je pense que ce sera la liberté, la liberté absolue de l’esprit. La vie est courte et pressée, tous les sentiments et engagements ne sonnent pas la musique triomphale. Peut-être que se réjouir du présent, c’est le meilleur équilibre qu’on peut atteindre.

Le 25 Avril 2013, Shanghai, Chine.

CHAÎNE INTERVIEW
ETB2 ESPAGNE

RADIO CONTINENTAL ARGENTINE